samedi 21 juillet 2018
Vous êtes ici  > Vie associative  > Actualité  > Les nouvelles formes de rencontres : proposition

du point de vue de l’atelier

Les nouvelles formes de rencontres : proposition d’une oeuvre collective à l’UTTAD (*) de la Colombière.

Comment investir les traces de ce qui nous entourent et nous précèdent ?

lundi 10 novembre 2008, par Catherine ROBELIN


fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression envoyer l'article par mail envoyer par mail 0 réaction


L’année s’achève et du point de vue de la performance, cela a été une vraie réussite. Il y a de l’échange, il y a de la dynamique, des gens qui viennent, d’autres qui partent et reviennent, des nouveaux . Et une expo toujours à monter, non pas sur les objets produits mais sur le principe de cette réalisation qui a eu lieu et qui était loin d’être donnée d’avance. Avis aux amateurs.... J’ai ajouté en intro (ci-dessous) le texte récapitulatif qui donne une idée assez juste de l’événement. Rien n’est sérieux dans la vie quand on a 20 ans , c’est beaucoup plus vrai ensuite.


Marie, image numérique

 

Dans le cadre d’un travail artistique polymorphe orienté vers un questionnement sur les nouvelles formes de rencontres, j’ai été amenée à mettre en place divers projets portant sur la représentation de soi, des autres et sur la question des traces laissées et délaissées constituant à la fois une œuvre non maîtrisée et un espace collectif.

Plutôt que de présenter un atelier classique, j’ai eu l’idée ce projet qui me semble avoir le mérite de :
- s’inscrire comme œuvre collective dans l’espace social et multimédia
- de permettre un travail plastique réel et adapté à chacun, à la mesure de chacun, de son investissement et de ses désirs.
- de proposer dans la durée un espace continu où chacun prendra le temps qui lui convient.

Flo, carton, papier mâché, acrylique

Le projet

croquis collectif

Principe :

conduire une expérience plastique collective de septembre à juin qui soit en même temps une œuvre vivante (la durée peut être modifiée). Dans ce cadre n’exposeront que ceux qui le souhaitent.

Thème

L’investissement des traces dans l’espace et dans le temps : à la fois les traces de son histoire personnelle (ce qui nous précède individuellement) sur lesquelles (ou plutôt à partir desquelles) on souhaite intervenir et les traces laissées par ceux qui ont précédé dans cette œuvre (par exemple ce qu’ont fait ceux de septembre pour ceux de décembre qui ne les auront pas croisés).

Il y a ainsi un double mouvement : de l’extérieur et de l’intérieur de l’œuvre et une double lecture privée publique.

Processus

Chacun part de ce qu’il souhaite et mon rôle consistera à l’accompagner dans la réalisation, à en comprendre, comme dans toute pratique artistique, pour quoi cela tient ou pas, l’émergence du sens, le travail sur l’esthétique, le virtuel et le réel, et le moyen de poursuivre indépendamment une pratique dans la durée.

Selon le public (diversité, nombre..) je ferai bien sûr des propositions de départ pour faciliter la mise en œuvre (sortir faire des séries de photos numérique ou apporter des photos par exemple... ou...selon).

Objectifs

- Accompagner une démarche plastique à partir des moyens proposés (pensés et organisés) par la personne elle-même.
- Faciliter un travail d’investissement plastique autonome.
- S’inscrire dans un espace collectif réel (travail à plusieurs ou sur la trace de ceux qui ont précédés). S’inscrire dans un espace social réel : ce concept est en soi un ancrage artistique. Je rechercherai des lieux d’art intéressés par la démarche.

L’objectif de ce projet est également d’être relayé par le web et donc de permettre l’investissement à distance et dans le fractionnement.



Suivre la vie du site RSS 2.0  |  Haut de page  |  Plan du site  |  Espace privé  |  Contacts  |  Faire connaître le site  |  Mentions légales  |  SPIP  |  squelette  |  expressions-actuelles.org ©janvier 2008